Tree House Module

2020

Tree House Module

Concours réalisée pour Y.A.C. avec le collectif C4

(Yves Micault, Nathanaël Pinard, Victor Dussap)

La cabane est une fiction.

D'un point de vue architectural, une cabine est comme un prototype. Centrée sur le rêve et l'utilisation, c'est l'expression de construction la plus primitive et la plus pragmatique. La fiction du cinéma qualifie l’espace et, par l’expérience humaine, le transforme en un lieu sensible. Il crée alors une relation entre le lieu et son utilisateur, relie l’expérience intérieure et extérieure, et au final, lie l’individu à son moi le plus profond, l’enfant qui attend dans l’âme de chacun. L'usage est mis au service du lieu, qui prend vie autant qu'il est porté par cette architecture amovible, ludique mais rationnelle. Le matériau et la forme procurent une forte sensation d'opacité monolithique et suggèrent ainsi une simplicité primitive.

 

Biomorphique, le projet s'écarte au profit des châteaux, véritables objets hégémoniques de cet environnement. Mais en découvrant l'ensemble, les voyageurs découvrent les extensions, poulies et manivelles qui ouvriront leur esprit à des usages inattendus et intégreront réellement l'habitacle à son environnement. Inspiré des contes de fées, fait de bois, d’eau ou de châteaux en ruine, cet environnement est autant un appel à la contemplation qu’un terreau fertile pour l’imagination des voyageurs. L'avant de la cabine présente différents systèmes d'ouverture qui révèlent tous une opportunité d'interaction personnelle avec l'environnement.

Guidé par leur rêverie, les voyageurs sont libres d'être émerveillés, détachés ou jetez simplement un coup d'œil à travers la porosité de la façade rétractable. La relation du projet à l'espace et à l'environnement est l'événement déclencheur qui fait vivre l'histoire. Lorsque la façade commence à vibrer, elle cesse d'être un monolithe et la communication entre le lieu et ses habitants peut commencer.

Le paradoxe de la cabane est qu’il s’agit d’un artefact nomade. L'existence de sites et de contextes variés rend le projet très modulaire. Il existe des séries de modules pour chambres, salons, saunas, belvédères, tous conçus pour s'adapter selon leurs propres configurations d'espace rationnelles, dans le plus strict respect des volumes du programme. Construire une série de modules nous donne accès à plusieurs typologies au fil du temps. Un tel principe rend le projet à la fois intelligent et frugal, averti en ressources et simplifié en logistique. Il offre également, pour le même coût, une grande variété de possibilités qui dépassent même la demande initiale de deux aménagements spatiaux. Cette efficacité se reflète dans la position des cheminées au sein des modules: positionnées en plein milieu, elles deviennent à la fois source de chaleur et source d'utilisation.

Au final, le projet s'articule autour de trois composantes principales: une morphologie simple et primitive, une relation riche aux matériaux et des opportunités d'interaction qui génèrent des relations spatiales subtiles sans jamais renoncer à l'approche rationnelle exemplaire qui a prévalu sur les plans technique, spatial et modulaire. composition.