Groupe scolaire à Chatenay-Malabry

2019

Groupe scolaire à Chatenay-Malabry (92)

Concours réalisé en 2019 pour Boris Bouchet Architectes & Clément Vergély Architectes

Le projet profite de la topographie prononcée de la parcelle pour installer trois volumes étagés dans la pente permettant la création de plusieurs niveaux d’accès. Les quatre grandes fonctions du projet s’ouvrent ainsi de plain- pied avec les espaces extérieurs qui leur sont associés et les flux sont clairement séparés.

 

Le gymnase, équipement en relation avec la ville, s’installe sur la partie haute, ouvrant son parvis et sa façade sur la grande voie des Vignes.

 

La cuisine collective s’organise de plain-pied dans la continuité d’une cour d’accès technique connectée au Nord-Ouest sur cette même rue.

 

L’école maternelle et sa cour s'implantent de plain-pied en partie basse, l’école élémentaire et sa cour sont disposées sur un seul niveau sur la terrasse intermédiaire.

 

La façade basse, le long de la nouvelle voie piétonne, organise l’entrée dans le groupe scolaire au travers d’un parvis extérieur clos et d’un hall distributif menant au cœur du projet.

 

Le projet s’adosse à l’Est, construisant un front bâti sur le Cours des Commerces et libérant les cours de récréation à l’Ouest, ouvertes sur la coulée verte et la ferme urbaine, dans la continuité des toitures végétalisées du projet.

 

Les galeries de distribution, disposées en façades, sont des espaces de rencontres et d’échanges éclairées naturellement. Elles jouent également un rôle de tampon vers les classes, de mise à distance sécuritaire avec les espaces publics et de seuils avec les cours de récréation qui sont les espaces animées et bruyants du jeu.

 

Pour cela, les classes et les autres fonctions principales s’ouvrent directement sur un des trois patios du projet, espaces calmes et protégés, jardins pédagogiques.

 

Pour répondre aux ambitions de réduction de l’empreinte carbone, le projet s’appuie sur une structure frugale de portiques en bois et de façades constituées de piles en béton de terre non porteur. Le motif singulier des piles, dessiné par la superposition de deux bétons de terre, composés à partir des deux couleurs d’argiles, vertes et blanches, présentes sur le territoire, est une manière de marquer l’équipement dans son quartier tout en conservant une architecture sobre.